Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Adamantablogue
  • Adamantablogue
  • : *Étonnement systémique et libertaire *Évaluations de l'actualité culturelle, artistique, politique, économique, sociale *Ouvertures vers la pensée non conformiste
  • Contact

Partenariats

 

Liminaire

Le site source de ce blog, adamantane.net, a été mis en chantier et en ligne pour assurer simultanément plusieurs fonctions :
  • Présenter un ensemble de littératures polychromes : poèmes, essais, critiques, préfaces, documents pédagogiques, schémas didactiques, fragments sur des thèmes divers
  • Publier des auteurs, et plus généralement afficher des artistes, connus comme méconnus
  • Servir de portail à des associations à but artistique et culturel
  • Accueillir des activités d'écriture collaborative
  • Dissimuler un espace privé dédié à des recherches symboliques.
Son rédacteur veut les assurer de manière :

  • Systémique : les liens et interactions entre les divers domaines de la pensée active constituent en noosphère vivante ce qui sans eux ne serait qu'une froide encyclopédie des savoirs ;
  • &, conjonction de coordination
  • Libertaire : la personne est première ; les maîtres à penser sont à fréquenter avec d'extrêmes précautions, et le progrès nait de la réflexion autonome de chacun venant se combiner à celle des autres.


Recherche

Adamanquoi ?


Rédacteur Agoravox


Nous sommes tous capables d'observer et de commenter.



fremen
Nous sommes tous responsables de l'état de la terre (et du ciel...).



Nethique.info

Nous pratiquons tous les bonnes manières, surtout avec les inconnus.



Cyber@cteurs

Nous pouvons tous intervenir directement dans les processus de décision.





Nous sommes tous aptes à décider de ce qui est bon pour nous.



Nous habitons tous le même village en forme de globe.

Add to Netvibes

Nous avons les moyens de regouper nos blogues en réseau .




Nous pouvons faire connaissance directement par delà les terres et les mers.

Archives

27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 15:50

 

http://www.adamantane.net/illustrations/camember_christophe/Comment faire du neuf avec du vieux ? Christophe avait déjà évoqué, dans les années 1890, cette délicate question. Voir à ce sujet  l'épisode "Camember à la recherche d'une position sociale", page 16, case 2, dans l'édition Armand Colin de 1931 de Les facéties du sapeur Camember.

 

Il y a une quarantaine d'années, le notion de tableau de bord s'insinuait dans la mentalité de certains dirigeants d'entreprises françaises. J'ai d'ailleurs eu d'ailleurs l'occasion, en 1972, de rédiger à ce sujet une monographie, puis dans les années 1980, de monter des sessions de formation sur le même thème, à l'usage en particulier de l'Aérospatiale. Sans compter l'introduction effective du dispositif dans les entreprises où j'ai sévi, dont par exemple Cofiroute où pas mal de mes collaborateurs ont souffert pour mettre en application la redoutable IP 04 - autrement dit la procédure interne définissant  la formule, la posologie et les précautions d'emploi du tableau de bord de mon Département.

 

Les choses ont changé. Le plat et vulgaire tableau de bord a cédé la place à la merveilleuse cartographie décisionnelle, dont il est une des composantes, avec l'énigmatique géomarketing et surtout le très distingué structuralisme informationnel. Et pour achever de sérioriser le concept, le webmapping condense dans son essence anglomorphe toute la niousité artificielle de ce processus de construction des illustrations à valeur ajoutée.

 

Un brillant jeune homme a réaffirmé que Le recours à la métaphore cartographique confirme toutes ses promesses pour la compréhension d'un monde de plus en plus complexe. Rien à ajouter, Napoléon Bonaparte déjà assurait que Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours, et pourtant il savait aussi discourir...

 

Ayant été de tout temps très intéressé par la complémentarité entre image et texte, je ne boude pas mon plaisir. Je m'étonne seulement qu'il faille cet habillage verbal un peu incongru pour que des techniques déjà connues soirent prises en compte comme si elle étaient de fulgurantes innovations célestes transperçant le couvercle épais qui calfeutre nos imaginations enfumées.

 

Et n'oublions pas Jacques Bertin, et sa sémiologie graphiqe. Un précurseur tout de même. Son opus princeps, du moins l'édition qui orne ma proche bibliothèque - ce qui veut dire que ce livre est à très exactement 1,40 m de mon clavier quand j'écris - date de 1967. A noter qu'il y cite dès la page de garde ses seize collaborateurs, et dans l'introduction rend hommage à ses précurseurs, dont Emmanuel de MartonneFernand Braudel, Abraham Moles et autres Maximilien Vox.

 

A l'époque, nous faisions nos schémas et illustrations à la main, avec compas, tire-ligne, balustre à pompe, équerre, rapidograph rotring, et autres outils nous permettant d'accoucher de nos graphiques, de lécher nos crobars, de toucher les papiers,  de sentir sécher les encres, de créer nos nuances de lavis.


Partager cet article

Published by Adamantane - dans Étonnement
commenter cet article

commentaires

Lemniscate 27/09/2010 21:33



Pourtant, l'expression uselle faire un topo évoque l'idée de faire un dessin ? Et pourquoi vouloir associer des étymons grecs entre eux ? Nous roulons bien en
automobile, pas en autocinette. L IGN fait de la cartographie, pas du cartoscriptage.



Adamantane 27/09/2010 22:35



Un peu de purisme, peut-être ? Il n'en reste pas moins vrai que, comme on dit, carthotèque, pardon cartothèque décisionnelle, il fallait oser l'écrire.Ne sommes-nous pas  méfiants vis à vis
de ceux qui lisent leurs décisions dans les cartes ?


 



Lemniscate 27/09/2010 17:43



En effet, bien que la carte ne soit pas le terrritoire, nous pourrions affirmer que toute parution d'une nouvelle carte semble impliquer l'apparition d'un nouveau territoire.
Même si aucun Baron Georges Eugène Haussmann n'est venu le réorganiser.


Vous avez oublié, dans votre revue de vocabulaire, la notion de cartothèque interactive. Je la signale donc à l'attention des lecteurs.



Adamantane 27/09/2010 19:06



Merci, j'ajoute cette variante au champ sémantique de la sémiologie.Une recherche d'image sur le mot cartothèque montre, entre autres résultats,  ce que nous appelions autrefois des meubles
à plan. Le mot cartothèque est mal bâti : un radical français d'origine latine -charta- et un suffixe prélevé dans les racines grecques thèque -θήκη-.


En cherchant un peu plus d'harmonie linguistique, il eût été possible d'imaginer iconothèque. Mais le mot est déjà pris pour parler d'archives filmiques ou photographiques. Le mots grec pour
carte est pinax -πἰναξ- consommé par pinacothèque, car signifiant aussi tableau ( le tableau peint ; le tableau de chiffres est l' abax -ἄβαξ-) ; topos -τ́οπος- qui
suggère topothèque veut plutôt dire ...territoire !