Présentation

  • : Adamantablogue
  • : *Étonnement systémique et libertaire *Évaluations de l'actualité culturelle, artistique, politique, économique, sociale *Ouvertures vers la pensée non conformiste
  • Retour à la page d'accueil
  • Partager ce blog

Partenariats

 

Liminaire

Le site source de ce blog, adamantane.net, a été mis en chantier et en ligne pour assurer simultanément plusieurs fonctions :
  • Présenter un ensemble de littératures polychromes : poèmes, essais, critiques, préfaces, documents pédagogiques, schémas didactiques, fragments sur des thèmes divers
  • Publier des auteurs, et plus généralement afficher des artistes, connus comme méconnus
  • Servir de portail à des associations à but artistique et culturel
  • Accueillir des activités d'écriture collaborative
  • Dissimuler un espace privé dédié à des recherches symboliques.
Son rédacteur veut les assurer de manière :

  • Systémique : les liens et interactions entre les divers domaines de la pensée active constituent en noosphère vivante ce qui sans eux ne serait qu'une froide encyclopédie des savoirs ;
  • &, conjonction de coordination
  • Libertaire : la personne est première ; les maîtres à penser sont à fréquenter avec d'extrêmes précautions, et le progrès nait de la réflexion autonome de chacun venant se combiner à celle des autres.


Adamanquoi ?


Rédacteur Agoravox


Nous sommes tous capables d'observer et de commenter.



fremen
Nous sommes tous responsables de l'état de la terre (et du ciel...).



Nethique.info

Nous pratiquons tous les bonnes manières, surtout avec les inconnus.



Cyber@cteurs

Nous pouvons tous intervenir directement dans les processus de décision.





Nous sommes tous aptes à décider de ce qui est bon pour nous.



Nous habitons tous le même village en forme de globe.

Add to Netvibes

Nous avons les moyens de regouper nos blogues en réseau .




Nous pouvons faire connaissance directement par delà les terres et les mers.
Dimanche 20 décembre 2009 7 20 /12 /Déc /2009 21:42
Couverture-Slama-mini.jpg C'est le 8 juin 1978 que je fis la connaissance de Robert Slama. Après quelques aventures sans résultat probant en compagnie des cardiologues de l'hôpital Saint-Joseph, et un exament endocavitaire en soi-même fort intéressant - qui a pu regarder sur grand écran son propre coeur palpiter, et suivre le cheminement d'une sonde conçue pour en stimuler les battements ? -  j'avais pris rendez-vous à la consultation de cardiologie de l'hôpital Lariboisière.

Depuis de nombreux mois je souffrais de ce que certains nomment palpitations, et que je vivais comme une situation doublement invalidante.  D'une part les crises de trouble du rythme étaient en apparence peu prévisibles, d'autre part leur durée l'était tout autant, et elles s'accompagnaient simultanément d'un état de peur intime oppressante et d'une difficulté importante à maintenir un tonus physique satisfaisant. Les premiers à-coups avaient frappé  le lundi 13 décembre 1976 - jour de naissance de Rama Yade... -, quelque part sur l'autoroute Aquitaine, alors que je dînais sur l'aire de service d'Orléans-Saran, au retour d'une réunion de travail.  18 mois plus tard,  j'avais sans succès notable testé 27 traitements différents...et vécu plusieurs alertes accompagnées d'hospitalisation aux urgences.

Il me reçut longuement. Ne se crut pas obligé de me donner des explications enfantines sur le thème de l'analogie entre le coeur et la pompe. Accepta le fait que je puisse ressentir immédiatement l'extrasystole qui inaugurait l'accélération brutale du rythme. Ne mit pas en question la description que je lui fis des divers désordres engendrés par cette anomalie. Je remarquais aussi qu'il pétunait sans vergogne en un lieu qui aujourd'hui ferait l'objet d'interdictions sévères.
En conclusion il me dit simplement que ma coopération était une condition essentielle d'une maîtrise des symptômes, que le traitement d'une telle  arythmie rare et  insolite était en grande partie du domaine expérimental, et qu'il allait me confier, et non confier mon cas, à son équipe.
Il posa au passage un diagnostic, ce qui m'offrit l'occasion de m'intéresser à ces trois joyeux compères que sont Louis Wolf, John Parkinson et Paul Dudley White [1] .

Je me retrouvai donc en compagnie de médecins qui, au lieu de tracer une frontière de compétence entre eux et moi, m'associèrent à la recherche d'un traitement efficace, jusqu'à écouter mes propres suggestions en matière de suivi de mon état, d'enregistrement des données et de dosages combinatoires d'antiarythmiques de classes différentes.
Une fois composée une association médicamenteuse capable de réduire la fréquence d'apparition et la durée des épisodes de tachycardie, commença une assez longue période de travaux pratiques avec les médecins de son équipe. Le holter de l'époque avait la taille d'un très gros livre, et passer une journée de travail réputée normale - en réunion en préfecture, il me fut courtoisement rappelé que je n'avais pas à enregistrer la séance... - en trimballant à l'épaule ce mystérieux accessoire, farouchement opposé entre autres manifestations d'existence aux formes les plus traditionnelles d'ablutions était une manière de vivre qui ne passait pas inaperçue de ses proches.

J'appris un jour que mon cas avait fait l'objet d'un poster présenté dans un congrès outre-atlantique. Je participai aussi aux expérimentations requises pour l'obtention de l'AMM de la flécaïne (flécaïnide, classe lc de Vaughan-Williams) , le recours à la cordarone (amiodarone, classe III  de Vaughan-Williams) ayant été jugé potentiellement inapproprié, du fait de ses effets secondaires. Avec le professeur Philippe Coumel, lui aussi aujourd'hui disparu, j'eus, outre un accueil régulier plusieurs années durant à sa consultation à Lariboisière, d'intéressantes conversations sur la théorie du chaos - je lui fis même cadeau en 1989 d'une des premières traductions en français de l'ouvrage vulgarisateur de James Gleick - et son application aux arythmies singulières et insolites.
C'est dans la salle d'attente du service de cardiologie de Robert Slama que fut écrit ce texte, l'électrocardiographe ou le sculpteur d'ondes, inséré dans la section les ciseauxx du sourcier de mon livre le sculpteur d'eaux.

J'appris aussi à me débrouiller de manière autonome, pour effectuer moi-même certains manoeuvres simples induisant le blocage d'une crise et la récupération du rythme sinusal ordinaire. L'une d'entre elles avait d'ailleurs le charme d'attirer un peu l'attention : pourquoi ce monsieur à l'air sérieux se comporte-t-il dans la rue comme un gymnaste effectuant des exercices d'assouplissement ? A noter que le retour stable au rythme normal s'accompagne, pour moi, d'une immense onde de bien-être qui me traverse tout le corps, et que l'absence de cette sensation m'avertit, aujourd'hui encore, d'une rechute imminente.

De mes expériences dans le service de Robert Slama, en particulier avec Antoine Leenhardt et Jean-François Leclercq, il me vint la conviction que dès lors que la relation médicale se dépouille de son statut dominant/dominé, sur le modèle professeur/patient, pour tendre à s'établir sur des bases coopératives, alors l'étude du cas douloureux a une bien plus forte probabilité d'engendrer des solutions pertinentes, et satisfaisantes pour les deux partenaires. Cette expérience m'aida d'ailleurs, ultérieurement, à mieux comprendre du dedans certaines hypothèses de la sociodynamique telle que j'eus à la développer au sein de Bossard Institut avec Jean-Christian Fauvet.

C'est aussi au sein de son service que j'appris la publication de l'aide-mémoire de rythmologie qu'il cosigna avec Gilbert Motté. La couverture de ce livre représente un trombonne de bureau  vaguement anthropomorphe, et je m'interroge encore sur le choix de cette ilusttration. Veut-elle dire que la rythmologie se doit d'avoir visage humain ? Que le coeur joue parfois du trombonne à coulisse ? La IV ° de couverture épingle, comme lectorat, :
-les cardiologues
-les praticiens généralistes
-les étudiants en cardiologie
-les médecins de l'industrie pharmaceutique.
Timidité clanique qui a du échapper au regard acéré mais bienveillant de Robert Slama : toute personne ayant fait des études supérieures  à dominante scientifique, physicien, chimiste, biologiste, ou même (et surtout ?) ingénieur, peut tirer profit de sa lecture, même si elle ne se trouve pas , comme c'est mon cas, impliquée dans ces situations physiologiques, et même peut-être psychomotrices, certains états d'âme étant à l'expérience des facteurs déclenchants.

[1] ...pas facile de dénicher les prénoms du 3° mousquetaire...Dudley est un prénom très saxon... Il aurait des liens avec la place du mort, le cimetière.

Crédits
:
-merci à Paul Benkimoun, qui a publié dans Le Monde daté du 17 décembre une notice nécrologique dédiée à Robert Slama.
-merci à l'auteur anonyme de la couverture de l'aide-mémoire de rythmologie, de Robert Slama et Gilbert Motté, avec la collaboration d'Antoine Leenhardt et Claude Sebag, éditions Flammarion, Paris 1990
Par Adamantane - Publié dans : Systémique - Communauté : Le Club des Citoyens
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Syndications

  • Flux RSS des articles

Choix d'images

  • bible-forex_banque-france.png
  • nuit van gogh
  • images
  • 41E-Lsu2QeL. SL160 SL90

Signaler

Concours

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés